Réponses à l'article: allergies et groupes sanguins

Voici la participation de certains de nos lecteurs à notre article sur l’évolution de notre alimentation plus rapide que l’évolution de notre corps ? Nous les remercions de leur contribution

Réponse de Mathias

Bonjour,
Je réponds a votre question sur les allergies et si l’humain peut s’adapter a la nouvelle alimentation industrielle. Quand j’ai lu cet article j’ai eu envie de réagir radicalement mais je sais qu’on pense la même chose, l’alimentation moderne nous tue. Et pour moi ce n est pas une théorie, j’ai passe 4 ans en enfer et j’ai guéris grâce a une naturopathie rien qu’en changeant mon alimentation, après avoir vu 20 médecins en 3 ans (et je n’extrapole pas du tout !!).
J’avais de très sérieuse allergies étant jeune qui ont aussi disparu alors que je devais prendre des pilules a vie, m’avait on dit. Bref je ne vais pas tout raconter de toute façon je suis en train de l’écrire tout ceci parce que cela m a trop marqué.
Merci de ce que vous faites, je suis confiant en l’avenir, j’essaye pour ma part de faire prendre conscience autour de moi de tout cela.

Bon courage, a bientôt
Matthias

ps : Kousmine disait : "la somme de nos erreurs (alimentaire) dépasse notre capacité d’adaptation" lisez son livre "sauvez votre corps".

_________________________________________________________________

Réponse de Olivier

Bonjour Jean Yves,
à mon avis (et de l'avis de nombreux experts) cette théorie des groupes sanguins ne repose sur rien... quand on se penche vraiment sur la question, elle n'a jamais été prouvée ce qui est sûrement vrai et je soutiens aussi ce point de vue c'est que : depuis que l'homme s'est sédentarisé et à apprivoisé l'agriculture, l'élevage ( depuis le néolithique, environ 10000ans avant nous) beaucoup de choses nouvelles ont été apporté à l'alimentation et "seraient" responsables de nombres de maux de nos sociétés : avec l'introduction des céréales, des produits laitiers, puis du sel, du sucre, tous étrangers au paléolithique : diabète, obésité, maladies cardiovasculaires, hypertension, maladie de cœliaque...font leur apparition... sans parler du déséquilibre du rapport acido base optimal, de la diminution de la taille des hommes et des femmes !.... bref ça oui ! mais il ne faut pas mélanger ça avec l'histoire des groupes sanguins, ça n'a rien a voir !!! et pour info : les oléagineux ne sont pas apparus dans l'alimentation au néolithique au contraire au menu de l'alimentation préhistorique (et c'est important!!!) il y avait les noix, du brésil, macadamia, amandes, chataignes plus tout le reste!!!! c'est ce qui leur apportait les fameux bons acides gras.... attention aux infos erronées et qui pourraient être reprises à droite et à gauche...
Il n’existe aucune étude scientifique sur le régime des groupes sanguins. Le Dr d’Adamo a cependant publié quelques articles sur le lien entre les groupes sanguins et certaines maladies (cirrhose, lymphome, etc.) mais ils sont tous parus dans le journal scientifique dont il est le fondateur, ce qui ôte un peu de leur crédibilité à ses recherches.
Le Dr Joel Fuhrman, auteur lui-même d’un guide révolutionnaire pour maigrir, a recensé toutes les études existantes sur les groupes sanguins pour examiner le lien possible entre alimentation, groupe sanguin et maladies. Pour lui, il existe certes des preuves scientifiques montrant que nos gènes et même notre groupe sanguin peuvent nous prédisposer à certaines maladies (attaques cardiaques, cancers). Pour autant, les allégations du Dr d’Adamo lui semblent « ridicules » tant elles ne reposent sur aucune base scientifique.
Tout d’abord, d’Adamo prétend que les groupes sanguins (après le O) ont évolué il y a dix à trente mille ans. En réalité, les études d’ADN montrent qu’ils existent dans l’espèce humaine depuis plusieurs millions d’années. Donc sa théorie a du plomb dans l’aile. De plus, si on regarde à la fois les influences génétiques et les facteurs environnementaux, on se rend compte que ces derniers ont plus d’impact sur les maladies chroniques actuelles (athérosclérose, cancers, maladies cardiovasculaires) que n’en ont les gènes ou les groupes sanguins.
Le Dr Fuhrman pointe aussi les non-sens nutritionnels flagrants qui jalonnent le livre du Dr d’Adamo. Citons-en deux, entre autres :
• selon d’Adamo, les personnes du groupe O « ont tendance à ne pas produire assez d’iode ». Or le corps humain est incapable de synthétiser de l’iode. Ce dernier est exclusivement apporté par l’alimentation.
• la quantité d’acide sécrétée par l’estomac dépendrait du groupe sanguin, ce qui aurait une influence sur la digestion des protéines. En réalité les acides de l’estomac ne digèrent pas les protéines, c’est le rôle de la pepsine.
En ce qui concerne les lectines des aliments, il est vrai que certaines d’entre elles sont impliquées dans des réactions allergiques. D’autres sont potentiellement toxiques, comme celles des haricots rouges, et doivent être détruites par la cuisson avant d’être ingérées. Cependant certaines lectines, comme celles de la tomate (qui représentent un danger pour d’Adamo) ont démontré leurs action bénéfiques, notamment dans la lutte contre le cancer. De plus, rien ne montre que les lectines alimentaires provoquent une réaction immunitaire de type antigènes-anticorps en fonction des groupes sanguins. Les différents tests pratiqués par le Dr d’Adamo ne permettent en aucun cas de prouver quoi que ce soit. Notez de plus que de l’avis de d’Adamo lui-même, les lectines sont détruites par la cuisson, la germination et la mouture.
En résumé, aucune étude n’assoit scientifiquement la méthode du Dr d’Adamo qui comporte par ailleurs un certain nombre d’erreurs nutritionnelles et physiologiques.

olivier degorce
www.whats-for-dinner.info
source : www.lanutrition.fr

_______________________________________________________________

Réponse de Bruno

Bonjour,
Tout le problème est de savoir si l'homme doit poursuivre dans une attitude passive et fataliste vis à vis de l'évolution de l'espèce, en faisant l'autruche, alors qu'il ne peut plus ignorer qu'il modifie son environnement, par ses choix à court terme (produit des intérêts particuliers souvent contraires au bien commun).
Une attitude volontariste est légitime pour promouvoir le bien commun: refus d'envisager un monde dénaturé auquel l'homme serait obligé de s'adapter et promotion des choix à long terme dans le cadre d'un plan.
Il importe de promouvoir dans la pensée économique l'impératif du lien avec la Nature et la vie des sols si l'homme veut rester maître de son destin.

Bien cordialement,
Bruno LAFEUILLE

____________________________________________________________

Réponse de Pierre

Bonjour,

Je souhaite vous donner mon avis sur votre texte sur les allergies (bulletin Intelligence Verte), qui m'interpelle quelque peu.
Effectivement, depuis quelques années de plus en plus de gens parlent de cette nouvelle théorie sur les groupes sanguins, afin d'expliquer des affinités alimentaires et des maladies. Je ne m'y suis que très peu intéressé, je ne peux donc pas me permettre de juger actuellement.
Cependant concernant les allergies, mon avis est qu'il n'est pas besoin d'aller chercher aussi loin. Certains éléments sont reconnus ou étudiés concernant leur apparition, qui me semblent bien plus plausibles :
- depuis le début du XXe, la médecine s'est emparée du thème de l'allaitement, cherchant à le rationaliser, le décrire, et dicter les manières qui semblaient les plus appropriées. Cela a mené à des incohérences, qui ont été depuis fortement remises en question. Ainsi par exemple, on a longtemps conseillé de ne pas allaiter et de donner aux bébés des biberons de lait de vache mélangée à de la farine et/ou des jus de fruits dès la naissance, voire même des oeufs et viande dès le 3-4e mois. Or avant l'age de 6 mois le système digestif des bébés n'est pas prêt à digérer ces aliments complexes. On sait aujourd'hui que cela a conduit au développement d'allergies, notamment au lactose et au gluten.
- certains médecins et chercheurs -peu nombreux il est vrai, mais leurs arguments n'en sont pas moins recevables- tentent depuis plus de 15 ans de faire émerger le débat sur l'innocuité des vaccins, qui pourraient selon eux être responsables d'une fragilisation de l'immunité et du développement de maladies auto-immunes (voir par exemple l'affaire des scléroses en plaque consécutives à la vaccination Hépatite B, dont l'adjuvant est de l'hydroxyde d'aluminium, l'aluminium étant un puissant neuro-toxique). Si mes faibles connaissances ne me trompent pas, les allergies sont des maladies auto-immunes, cela pourrait donc être une piste à explorer.
-enfin, bien que n'ayant pas le souvenir d'avoir vu des études précises à ce sujet, je soupçonne que de nombreux dérèglements de notre immunité soient dus aux divers toxiques et polluants qui s'accumulent dans notre corps (voir à ce sujet l'étude conduite par le WWF sur les prises de sang de députés européens puis sur 3 générations de familles européennes). D'ailleurs, l'Appel de Paris - co-signé par l'Ordre des médecins Européen - l'évoque paragraphe 9.

Ces trois éléments, séparément ou ensemble, me semblent bien plus à même d'expliquer la recrudescence des allergies.

Cordialement,
Pierre Muller

__________________________________________________________________

Réponse de Christian

Bonjour

L’évolution de l’être humain ne suit pas celle de nos activités cerébrales. Il y a donc effectivement un décalage et je ne doute pas que l’on mute peu à peu. Il serait intéressant que certains étudie la question d&ans sa globalité, notamment la différenciation des corps entre ceux qui vivent dans des zones polluées et ceux plus chanceux dans des endroits sain.
Il y aura sûrement de nouveau groupes sanguin et des modifications physiques. On constate déjà que une augmentation des opérations pour enlever les doigts supplémentaire à cinq.

Christian Charbonnier

 
Temps de chargement: 30 (16) ms