L'Histoire du Tournesol

Le tournesol est une des quatre récoltes d'importance globale native des Etats-Unis (les trois autres sont la myrtille, l'airelle, et pécan).

Les amérindiens ont utilisé le tournesol sauvage pour la nourriture et la médecine depuis 8,000 ans. L’archéologique suggère qu’ils ont commencé à cultiver et améliorer le tournesol dès 2300 av. J.-C. Ainsi, la culture de tournesol a débuté avant la culture des "Trois Soeurs"- maïs, haricots et courge.

Les graines de tournesol étaient généralement grillées. Fondues, elles sont un ingrédient pour la cuisson ou sont utilisé pour épaissir des soupes et des ragoûts. Comprimées en boulettes comme le beurre de cacahuète (seed-ball), le beurre de tournesol constitue une nourriture commode pendant les voyages. Les coques de tournesol rôties peuvent être mises dans de l’eau bouillante pour faire une boisson comme de café.

De la teinture était également extraite des coques et des pétales de tournesol : les peintures faciales étaient faites à base de pétales et de pollen séchés.

L'huile extraite des semences moulues fournit beaucoup l’huile pour la cuisine et le traitement de cheveux.

Il y avait également des usages thérapeutiques comme l'enlèvement verrues, le traitement des piqûres de serpent ou le traitement des coups de soleil.

Quand les colons et les explorateurs ont commence à envoyer les semences de Tournesol du Nouveau Monde vers l’Europe, le tournesol a été considère comme une curiosité et une fleur décorative. Il n'a pas été utilisé comme comestible jusqu'à ce qu'il atteigne la Russie.

L'église Orthodoxe a autorisé l’usage du tournesol pendant le carême, et les Russes l’ont adopté comme une source d’huile qui pourrait être mangée sans s'enfreindre les lois de l'église. Ils ont également apprécié le tournesol comme coupe-faim et 50 ans avant les autres, ils ont cultivé le tournesol pour son contenu élevé en huile et sa résistance aux maladies.